Teléphonie Fixe / Time communication/Koala/ CFT , arnaque dénoncée le 01/10/2017 à 17h28

Arnaque dénoncée par Thierry LEFEVRE le 01/10/2017 a 17h28

En juin dernier, une femme (une des employées ou une rabatteuse de commissions pour le compte de Time communication) a appelé ma mère âgée de 89 ans en lui indiquant d’abord qu’elle était abonnée à Orange ce qui était erroné et ma mère lui a annoncé qu’elle était cliente de SFR. Puis, cette personne lui a fait une offre de service en indiquant que la mairie de Paris faisait une offre promotionnelle pour les personnes âgées alors que ma mère vit à La Garenne-Colombes. Après moult arguments, cette personne a poursuivi son verbiage en lui faisant confirmer ses coordonnées bancaires (Comment les connaissait-elle, là subsiste une énigme ?) tout en la trompant dans la perspective d’un soi-disant cadeau. Quelques jours plus tard, ma mère reçoit un contrat et réalise qu’une supercherie se pointe à l’horizon. La vendeuse la rappelle mais ma mère lui annonce qu’elle ne donne pas suite et la vendeuse tout en s’étonnant que ma mère n’ait nullement procédé à la résiliation de son contrat, lui passe le service annulation (une autre employée complice de l’arnaque) qui lui conseille de renvoyer une feuille ce que fait ma mère en mentionnant au recto la mention : « Annulé » avec Oh erreur ! sa signature. Ma mère s’adresse à sa banque qui lui conseille d’attendre éventuellement le premier débit et ce dernier arrivant très vite entraine l’opposition ainsi que le remboursement par sa banque. La fameuse CFT a envoyé un courrier comminatoire avec menace d’huissier et pourquoi pas la prison ? à ma mère de 89 ans de surcroit cardiaque avec un traitement médical très lourd. J’ai pris aussitôt contact par mail avec cette société en leur signalant qu’il s’agissait d’une fraude eu égard au fait primo que ma mère n’avait signé aucun contrat, secundo que cette tentative avait été annulée par écrit , tertio qu’aucun RIB n’avait été adressé par ma mère. La société CFT m’a répondu en m’envoyant un fi**** pdf avec une demande de prélèvement signée par ma mère et j’en ai déduit que ces « truands » avait reproduit par un copié-collé la signature de ma mère sur ce document. J’ai de nouveau envoyé un mail en précisant qu’il s’agissait : - d’une vente forcée : Généralement, cette pratique commerciale agressive est passible d’une sanction pénale condamnant les personnes physiques à une amende de 1 500 € (article 131-13 du code pénal). Des peines complémentaires sont également prévues (article R635-2 du code pénal). Cette même infraction (loi n°2011-525 du 17 mai 2011) est passée du rang de crime à celui de délit, - de harcèlement : (article 222-16) du code pénal, - d’usurpation de signature avec falsification de documents : selon l’article 441-1 du code pénal et donc d’un support falsifié. Après quelques échanges aigres-doux par mail avec cette société où aucun nom d’interlocuteur n’y figure, je croyais en avoir fini. Le 30 septembre dernier ; ma mère m’a informé qu’elle avait reçu deux factures une de SFR avec l’abonnement et une autre de KOALA/CFT avec les communications. Ma mère a essayé de contacter SFR sur leur 08…… mais impossible d’avoir un interlocuteur à l’exception d’un disque qui lui révèle les détails de ses factures dont elle n’a pas besoin. Questions : Comment est-il possible qu’Orange gérant les lignes SFR ait pu transmettre des données confidentielles de communication à la société KOALA/CFT alors que ma mère était toujours abonnée SFR ? Comment se fait-il que SFR ne réagisse pas sur une spoliation de leur chiffre d’affaires lié aux communications ? Pourquoi l’administration tolère-t-elle ce laxisme à l’égard de ces officines Centre d’appels-Opérateurs télécom dont les méthodes mafieuses s’attaquent aux personnes les plus faibles en l’occurrence les personnes âgées ?

! Signaler un abus

Pensez aux internautes qui passeront après vous, aidez-les à détecter les arnaques parmi les appels téléphoniques reçus en laissant un commentaire à propos de ce numéro....

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent sur ce site (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à contact@kimatel.fr.